Lettre de Batisse à Arnesse: hommage aux (grands) parlateurs

 

Au coin d'mon feu...

 

Mon cher Arnesse,

 

V'la qu'ça commence à pas faire chaud,

Dimanche après souper, bremment cûté auprès d'un grand feu d'bourrées, je m'seus mis en dvouèr

d' lire les pap'rasses aux ceuss qui s'présentont aux élections.

M'a fallu pâs mal de temps pasque des discours y en a en veux tu en vouélà à tous les coins d'rue.

Faut dire qu'la d'dans yavait deux papiers qu'j'avais ben envie d'jiter dans la ch'minée, çuilà d'Augy, pis çuila du socialisse.

Anvec eusses faut toujou' des nouviaux impôts ou du dirigisse. Sans parler d'la bureaucratie qui n'sait minm pus lav où s'fourrer à Bourges, à Orléans. Y en a aussi un qu'arrive de Paris benqu'il ait ses aieux qu'avions herborisé l'Javoulet en 1895 pis qu'avions appris l'métier d'vitrinaire avé l'père Guinault pis les vaches blanches du Mareau, qu' a aussi donné la main à l'Albert (Raymond).

J'ai don argadé les dires des uns et des autes. Tu m'créras si tu veux, mon cher Arnesse, mais ç'qui m'a ben fait rigoler, c'est la combine à nos deux conseilliers, l'mien pis l'tien d'Augy. V'là des gâs futés qui savent ben s'débrouiller ! L'mien avec plus d'un tour dans son sac, l'tien avec des tours de pâss passe dans sa carnassière qu'est-ce qui proposent ? C'est ç'qui z'applint «  l'immobilisse » au temps du père « Queuille » comm l'gâ à la Julie qui s'entend suparbement à rin faire du tout.

 

Just' au moument que j'faisais l'pus d'efforts pour comprendre, y a mon vouésin qu'est v'nu m'souhaiter l'bonsouèr. T'nez lisez vouèr l'prospectus. Là d'sus y m'tend un bout d'papier où qu'y avait ça d'imprimé en grosses lettres : le soutien de Pierre Caldi va aux indépendants ! Tu t'moqueras p'têt de moué mais dans l'histouère de nos conseilliers generals c'était ben l'meilleur qu'on a connu dans l'bourg. L'monde sont pas fous ! Pas coumm çui qu'on a d'puis belle lurette qui nous explique qu'y peut ren à rin pis qu'est partout sur la photo, M'sieur l'visse président du conseil !

 

Et j'ai idée q'yen a pas mal qui f'ront comm' moué, coumm'toué et coumm'ben d'autres en votant pour l'véto. Pasque çui là c'est un gâs franc et qu'est pour nous. Il est pas fier l'gâs du Donjon carré pis y s'y connait ben un peu et ses bounhoumes y sont solidaires !

 

A vous d'vouèr mon cher Arnesse

Ton cousin qui t'bige ben amicalement.

 

Batisse

Écrire commentaire

Commentaires : 0

La Fête du Palais, promotion du Goût autour de la viande Charolaise

 

Voici une initiative sympathique autour de la Commune de Sancoins et de la SA des Grivelles

en attendant sauvons nos restaurants en allant y déjeuner, dîner...

 

La Fête du Palais, promotion du Goût autour de la viande Charolaise

 

Voici une initiative sympathique autour de la Commune de Sancoins et de la SA des Grivelles

en attendant sauvons nos restaurants en allant y déjeuner, dîner...