Dec 2015, : la COP21 se termine sur un accord pour la planète, la Région Centre reste "rose" tandis que les 5 départements sont à Droite ou au Centre. changez d'élu est un slogan qui n'aura pas suffi! La région sera plus ...stable ou bien est-ce que parce que le changement au département ne se voit guère ?

13 décembre Nous avons encore voté  Les résultats

 

6 décembre Nous avons voté

Résultat

Liste conduite par Nuances Voix % Inscrits % Exprimés
M. Philippe LOISEAU LFN 401 17,75 38,82
M. François BONNEAU LUG 234 10,36 22,65
M. Philippe VIGIER LUD 232 10,27 22,46
Mme Alix PENLOUP LDLF 53 2,35 5,13
M. Charles FOURNIER LVEC 35 1,55 3,39
M. Nicolas SANSU LCOM 35 1,55 3,39
Mme Farida MEGDOUD LEXG 22 0,97 2,13
M. Thierry FOUQUIAU LDIV 21 0,93 2,03

 

 

13 novembre, la Nation est frappée de stupeur Place de la République à Paris. Loin des discours de haine et de guerre, prenons le temps des hommages aux victimes, celui de l'analyse et de l'action de nos services de sécurité puis celui de la préparation de l'après. Force restera à la démocratie.

 

11 janvier journée de recueillement national: 65 chefs d'Etat rendent hommage à 17 victimes innocentes de fanatiques imbéciles.

Sancoins se joint à la communauté nationale, qui réunira plusieurs millions de citoyens dans la rue ce week end dramatique.

Celà donne envie de (re)prendre le crayon! N'est pas Charlie qui veut, alors soyons Charlie.

 

La Liberté par Spencer Tunick

Le 28 sept MM Pointereau et Pillet ont retrouvé leur siège. Malgré une bonne campagne, Aymar de Germay et Annie Lallier ne sont pas parvenus à faire passer les nouvelles idées que nous espérions. Une nouvelle phase du quinquennat du Pdt Hollande commence, plus contrainte.

 

Le sénat conteste le "report" des élections régionales

 

Les sénateurs UDI-UC se félicitent de l’adoption de leur amendement phare sur la réforme territoriale. Cet amendement vise à mettre en œuvre une réforme « réfléchie, rationnelle, efficace et partagée ».

Les sénateurs centristes avaient déjà fait savoir qu’ils étaient ouverts à la discussion sur la réforme territoriale mais qu’ils ne pouvaient accepter la manière dont se faisaient les choses autour d’un sujet aussi essentiel pour l’avenir des collectivités et de la démocratie locale.

Partant du principe que, pour être rationnel, il faut se fixer des objectifs puis se donner les moyens de les atteindre en se dotant des outils adéquats, les sénateurs centristes ont donc souhaiter améliorer le texte proposé par le Gouvernement. L’amendement voté ce jour s’articule autour de 4 axes :

- respecter la diversité des territoires, des collectivités territoriales et des EPCI «  Il faut une réponse différenciée et adaptée aux réalités de chaque territoire » ;

- redéfinir la sphère d’intervention de l’Etat en permettant une nouvelle implantation des services de l’Etat sur les territoires ;

- engager une réforme fiscale permettant d’accroître l’autonomie fiscale des collectivités locales de façon à aboutir à une fiscalité efficace et plus lisible pour les citoyens ;

- revoir la répartition des compétences entre les collectivités en cohérence avec la nouvelle architecture proposée.

« Nous sommes conscients de la nécessité de cette réforme. Nous voulons aller vers l’efficience. Alors travaillons méthodiquement, posons-nous les bonnes questions et donnons-nous les moyens de réussir cette réforme. C’est en ce sens que le groupe centriste a travaillé. Nous voyons dans l’adoption de notre amendement un bon signal. »

"Si d’aventure, une crise profonde se produisait ou des élections législatives intervenaient, contredisant l’élection présidentielle, nous en tirerions toutes les conséquences en quittant la présidence…"
François Hollande - "Devoirs de vérité" Stock 2006.

 

Selon la totalisation définitive communiqué par le ministère de l'Intérieur, le FN a 24 élus (contre 3 auparavant), l'UMP en a 20 (-10), le PS 13 (-1), les centristes 7 (+1), EELV 6 (-9) et le Front de gauche 4 (-1).

FN 25% et 24 députés

UMP 20 % et 20

PS 13 % et 13

UDI-MODEM 10% et 7

EELV 8% et 6

FG 6 % et donc 4.

 

Le Cher malgré son nouveau débouché sur la mer en ...Charentes reste un des départements les plus mals lotis (géré?) de France.

L'écho des oukases des élus dont les signes de vie sont limités à leur respiration propre tant l'ouverture d'esprit semble leur faire défaut ne concerne que la manière dont ils s'agrippent à une destinée qui -nous l'espérons prendra fin en décembre 2015 soit 18 mois après le terme, démocratie oblige sans doute!

Nous soutiendrons sans réserve un changement réel avec des élus compétents!

Les résultats de Sancoins en détail:

(les listes n'ayant obtenu aucune voix ont été omises)

Front national Bernard MONOT
LISTE BLEU MARINE - NON A BRUXELLES, OUI A LA FRANCE

 
36.44 %
  • Union pour un mouvement populaire Brice HORTEFEUX
    POUR LA FRANCE, AGIR EN EUROPE AVEC BRICE HORTEFEUX

     
    22.23 %
  • Union de la gauche Jean-Paul DENANOT
    CHOISIR NOTRE EUROPE

     
    11.61 %
  • Front de gauche Corinne MOREL DARLEUX
    FRONT DE GAUCHE

     
    6.83 %
  • Divers droite Patrice COURT-FORTUNE
    DEBOUT LA FRANCE ! NI SYSTEME, NI EXTRÊMES, AVEC NICOLAS DUPONT-AIGNAN

     
    5.53 %
  • Union du centre Sophie AUCONIE
    UDI MODEM LES EUROPEENS. LISTE SOUTENUE PAR FRANÇOIS BAYROU ET JEAN-LOUIS BORLOO

     
    5.21 %
  • Europe-Ecologie-Les verts Clarisse HEUSQUIN
    EUROPE ECOLOGIE

     
    3.25 %
  • Divers Marie-Martine HULOT
    ALLIANCE ECOLOGISTE INDEPENDANTE

     
    2.39 %
  • Divers Michelle OGER NIVARD
    CITOYENS DU VOTE BLANC

     
    2.39 %
  • Extrême gauche Marie SAVRE
    LUTTE OUVRIERE FAIRE ENTENDRE LE CAMP DES TRAVAILLEURS

     
    1.74 %
  • Divers gauche Laurence DANIEAU
    NOUVELLE DONNE

     
    1.08 %
  • Divers Vincent BROUSSEAU
    UPR MASSIF-CENTRAL-CENTRE

     
    0.43 %
  • Divers Marcelle PROVOST
    ESPÉRANTO LANGUE COMMUNE EQUITABLE POUR L'EUROPE

     
    0.33 %
  • Divers droite Sabine THILLAYE
    NOUS CITOYENS

     
    0.33 %
  • Divers Béatrice ROBROLLE-MARY
    EUROPE CITOYENNE

     
    0.22 %

lun.

14

déc.

2015

Régionales ...ça ne change pas

 Mr Bonneau succède à Mr Bonneau, après une bonne campagne, Mr Vigier n'a pu séduire assez d'électeurs tandis que M Loiseau fait "jeu égal" avec ses rivaux ...

A Sancoins plus de 150 voix séparent les bleus et roses du bleu marine: chômage, impression d'être délaissés, les deux tours ont vu un vote similaire:

Résultats   ici (2ème tour)

Participation : 58,74 %

Philippe LOISEAU Liste du Front national

LISTE FRONT NATIONAL PRESENTEE PAR MARINE LE PEN
 40,29 %494 votes

François BONNEAUListe d'Union de la gauche

A FOND MA REGION AVEC FRANCOIS BONNEAU
 30,10 %369 votes

Philippe VIGIERListe d'Union de la droite et du centre

Centre - Val de Loire, la Renaissance !
 29,61 %363 votes

 

0 commentaires

lun.

07

déc.

2015

Allons voter dimanche 13

Dans tout le Val d'Aubois, le bleu marine, le bleu ciel et le rose se tiennent dans un mouchoir ...Les uns ont capitalisé les colères, les autres ont pensé engranger de bons résultats locaux. A force de changements de loi électorale pour résister à l'alternance, les ruraux ont répondu qu'ils en avaient assez ...des alliances de rond point ou de chenils (quasi vides).

Nous avons une semaine pour (mobiliser et) éliminer les deux listes les plus ...sectaires!

Laurence Rénier Philippe Vigier et Marc Fesneau représentent:

- un éventail large d'opinions modérées,

- une force de travail qu'ils ont largement démontrée au service des départements et de la Région Centre Val de Loire,

- un programme, (fait rare, sinon unique!),

- la meilleure connaissance des rouages (pour déjouer les roueries) des arcanes des cantons, pays, départements et régions, avec deux accès au parlement national, écoutés car compétents

bref un choix aussi raisonné que raisonnable.

Laissons le bleu marine à la mer...

0 commentaires

jeu.

19

nov.

2015

Le chien Félix salue la chienne DIESEL

En ces jours de deuil national, nous adressons nos plus sincères condoléances et tous nos vœux de prompt rétablissement aux victimes des odieux attentats de Paris le 13, comme nos amicales pensées à tous les entourages et aux forces de l'ordre et leurs familles. Nous aimerions plus de paix et moins de discours hâtifs, plus d'action aussi, ciblée sur la protection de nos concitoyens. Le temps n'est plus à l'anaphore. Il n'est pas non plus à l'affolement même si la menace chimique et surtout bactériologique est à prendre au sérieux, il ne sert à rien de s'inquiéter à l'avance.


Notre Félix bien aimé salue la remarquable et courageuse Diesel, son aînée de 2 ans, parfaitement dressée par le RAID, tuée par les mêmes assassins qui ont lâchement tiré vendredi soir.

mer.

25

mars

2015

Election départementale

Dimanche 29 , changez d'heure et changez d'élus!



Le Cher devrait prendre la couleur bleue dimanche!


A Sancoins nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour élire le binôme Duno-Charentonnais, bien sûr!






0 commentaires

mer.

18

févr.

2015

Nécrologie Pierre CALDI nous a quittés le 11 février 2015

 

Nous apprenons avec tristesse le décès de Pierre CALDI dont nous aimions autant la compagnie, les conseils que ...les livres. Nous tenons d'abord à témoigner à son épouse et à sa fille notre profonde et sincère amitié en ces moments douloureux. Pour nous la commune n'aura pas le même charme sans lui, nous ne pourrons pas discuter simplement de son nouveau livre. Nous avons eu le plaisir de partager ensemble les affres de la vie politique locale et nous nous comprenions fort bien. Ces après midis passés à discuter de l'avenir à la lumière du passé nous manqueront mais il restera un guide pour beaucoup, pour peu qu'on s'intéresse à la vie de la cité.

Pierre CALDI aimait citer les révolutionnaires, surtout ceux de la région d'ailleurs de Saint Just au Baron d'Allardes, les hommes politiques qu'il connaissait et qu'il appréciait : Jean-François DENIAU, Pierre BEREGOVOY, Bernard BARDIN, Serge VINçON, Jacques CHIRAC. Il avait des amis fidèles à Sancoins et bien au delà des frontières du département du Cher dont il a été Conseiller général longtemps, un dévouement pour la chose publique et une insatiable curiosité de l'histoire des idées qu'il connaissait sur le bout des doigts pour la période de la Révolution Française dont il a brossé les conséquences, les détails dans ce Bourbonnais qu'il appréciait.

Nous savons qu'il a eu une vie très remplie,  tournée vers les autres, même si son épouse et sa fille étaient ses piliers de candeur ou de douceur.

Nous perdons aussi un ami, nos pensées vont à ses proches et tout particulièrement à son épouse dont le dynamisme lui a permis de bien vivre comme un esprit libre jusqu'à ses derniers instants.

Jean-Pierre TAFANI


dim.

11

janv.

2015

Rassemblés

La France entière s'est indignée, précédant les institutions de la République qui réagissent dignement. Tous unis contre la barbarie, l'horreur! Il est réconfortant de se sentir nombreux pour vaincre cette insidieuse peur qu'instillent des fanatiques. A Paris comme en province, les manifestations se multiplient. On regrette que l'unité n'ait pas traversé tous les partis, que certains à gauche dont la situation est plus que jamais éjectable, n'aient pas accueilli les électeurs bleu marine. Au fond, nous avons besoin de toutes les idées; nous sommes tous Charlie depuis le 8 janvier.

Ce rassemblement doit nous faire trouver les mots pour convaincre les jeunes et les moins jeunes qu'il faut plus de démocratie, plus d'équité, plus d'espérance.

Les artistes plus que les puissants de ce monde encore méritent une protection,une écoute, une vraie place.

Ce ne sont ni la prison puisque telle qu'elle se pratique elle augmente tous les risques, ni les mouvements de manche autour du code pénal qui arrêteront les horreurs banales qu'on peut lire sur facebook ou twitter mais les relais des écoles et des religieux, des familles aussi, chacun pour leur part qui feront que nous surmonterons cette épreuve.

La marche n'est pas le seul sport, le mot guerre qui appelle les hymnes, mériterait que nos élus nationaux puissent faire entendre nos voix pour que nous ne dépendions pas des décisions d'un seul, fut-il inspiré et fut il président. Aucun hymne -sauf peut être l'hymne à la joie- aucune religion et encore moins aucun parti -même si tous ensemble, nous pouvons nous tenir la main au moins une journée!- ne devrait guider nos pas dans ces circonstances. En cette journée particulière, chacun est libre, l'ami des tommies et l'ami des teutons, ces oncles défunts de Brassens Georges Pour ma part j'admire la sensibilité de la plupart des artistes qui se sont exprimés, tout autant que les policiers, gendarmes -d'élite mais pas seulement- Cette semaine le drame a atteint des esprits libres, libre penseurs, musulmans, chrétiens, juifs dans une horreur qui demande des réponses multiples, unies afin que notre pays soit celui qui ne désespère plus ses jeunes ...

1 commentaires

ven.

05

déc.

2014

Nouvelles de la LGV

La concertation de la première phase du ^projet prenant fin voici les documents générés par RFF et la CNDP sur ce projet d'aménagement de nos territoires:

Le rapport intermédiaire (105 pages) est ici

Les éléments pour le choix d'un scenario sont là

et plus généralement tous les projets qui font l'objet d'un débat public se trouvent sur ce site


Bonne lecture !

0 commentaires

sam.

08

nov.

2014

Tout celà me navre!

Tandis que certains moquent le potentiel échec commercial de VIKTOR le dernier film de Gérard Depardieu et Liz Hurley (MMe Hugh Grant naguère), le projet de Maison de la Culture de Bourges plutôt que d'être consensuel devient une caricature de la différence entre légalité et légitimité, des querelles intestines et pendant ce temps le discours officiel sur la création artistique suit un penchant technocratique et mercantile désastreux pour tous.

Resaisissons nous !

 

Lien avec l'improvisation de Mme la Ministre F Pellerin:

http://www.regards.fr/web/fleur-pellerin-acheve-le-ministere,8038

 

0 commentaires

ven.

31

oct.

2014

3.8 millions par an d'"économies" réalisables sur 333 membres des cabinets ministériels augmentés de 7% depuis l'arrivée de Manuel Valls

Bien sûr, ce n'est qu'un millième du "supplément d'économies budgétaires" de 3.8 milliards demandé au budget de l'Etat par la Commission de Bruxelles !

N'est -il pas choquant tout de même que le dangereux politique qui s'en indigne ne soit autre que ...René Dosières, auteur de cette analyse qui résonne comme un pamphlet!

Les-remunerations-dans-les-cabinets-mini
Document Microsoft Word 195.5 KB
0 commentaires

jeu.

16

oct.

2014

Mr Galut, député de la 3è circ du Cher signe 658 pages de rapport sur l'exil fiscal

Si Yann GALUT, rapporteur et les 11 élus socialistes ont signé le rapport de commission parlementaire, le président Luc Chatel et les 10 élus UMP et UDI ont refusé de signer.

A vous de voir, si nos étudiants -qui ne trouvent pas de travail même après une thèse dans la CEE et s'exilent-, ou les retraités qui partent au Maghreb afin d'effectuer une transition énergétique sont concernés par les mesures qui touchent les revenus salariaux ou non supérieurs à ...300 000 € .

Sans avoir lu le détail de ces auditions, les 26 mesures ne semblent pas tout à fait correspondre aux éléments de l'analyse comparative.

Cette dernière est instructive puisque système suisse, anglais, belge et espagnol sont exposés clairement. Ils apparaissent moins séduisants après lecture -bien que le Portugal ou le Luxembourg soient curieusement absents, alors que Monaco est assez bien décrit et apparemment sous contrôle pour les ressortissants français.

Pour la lecture complète voici un livre GRATUIT : http://www.youscribe.com/Product/Download/2507433?embed=true&key=f6ac1ee9f1f6dc7a4ff448bada9bc798b266e2d8&format=1

0 commentaires

mar.

14

oct.

2014

Le Sud du Cher : peut mieux faire pour la qualité de la vie d'après l'INSEE

Le texte complet de l'étude avec 27 paramètres montre toute la nécessité de l'action publique pour mettre en valeur la qualité de la vie de notre zone rurale. Il est paru le 8 octobre et est (déjà) ici

0 commentaires

ven.

10

oct.

2014

Les nouveaux sénateurs (dans le Cher, exactement les mêmes qu'avant -dommage!-) auront à apaiser une nouvelle loi anti-terrorisme qui semble bâclée, comme pas m

Projet de loi en lecture unique au sénat ce 10 octobre 2014
En résumé, rien ne prouve que la diminution des libertés publiques ne permette de diminuer le terrorisme. Comptons sur la sagesse du Sénat pour pallier les insuffisances de ...2 gouvernements successifs!
CP OLN sur loi AT Senat 08 10 2014-.pdf
Document Adobe Acrobat 274.7 KB
0 commentaires

lun.

25

août

2014

25 aout Paris libéré...de son gouvernement

M le Président des commémorations continue sur sa ligne guerrière (pour quelle politique en Ukraine, qui précipite bien des PME françaises dans l'abîme, quelle situation en Centrafrique, etc.), et simultanément nous libère du gouvernement Valls 1 après 3 mois d'existence dont 2 semaines de VACANCES.

MM Hamon, Montebourg très probablement aussi Mmes Taubira et Filipetti -égalité des sexes oblige- passent dans l'opposition, qui pourrait faire basculer l'Assemblée Nationale pour rejoindre un Sénat à droite dans 3 semaines !

Soit on appellera DSK à l'économie (ou J Attali pour plaire à Mme Duflot et aux taxis!), soit ...nous nous dirigeons tout droit vers une dissolution puis immanquablement un "duo d'exception" où M Hollande continuera les inaugurations comme MM Queuille ou Coti jadis tandis que N Sarkozy occupera le (quasi) seul poste qui manque à sa panoplie...celui de Premier Ministre!

Quelle perspective séduisante de rentrée! On savait que M le Pdt Hollande ne manquait pas d'humour, on ne pensait pas qu'il allait si tôt manquer de ...majorité!

Paris sera donc libre!

0 commentaires

mar.

19

août

2014

La région ...le changement c'est maintenant (parait-il depuis le 18 août)

Aux dernières nouvelles, le Centre serait couplé au Limousin et au Poitou. Note débouché sur la mer se précise donc!!!

 

http://www.cartesfrance.fr/geographie/cartes-administratives/carte-14-nouvelles-regions.html#ixzz3AXKAATco

 

0 commentaires

sam.

09

août

2014

Et que penser de l'attitude de l'Europe avec la Russie ?

Nous partageons le sentiment et l'analyse d'Axel Kahn : que penser d'un gouvernement en vacances pendant ce temps là ?

 

MAIS OÙ EST DONC PASSÉE L'EUROPE DE LA PAIX DANS LA PROSPÉRITÉ ?

Je suis né en Touraine du sud à la fin de la seconde guerre mondiale dans une famille aux ascendances européennes multiples, allemande et suisse allemande, italienne, et, en ce qui concerne la France, alsacienne, champenoise et bourguignonne. C'est de la sorte très naturellement que je me suis senti, jeune homme, la fibre européenne, sensible à la vision des pères fondateurs (Altiero Spinelli, Jean Monnet, Robert Schumann, Winston Churchill et quelques autres) de la construction d'une Europe unie des valeurs (très marquées aux origines par la démocratie chrétienne) et des biens, apte à exorciser le spectre d'une de ces guerres qui depuis des siècles ravageaient à intervalles réguliers le continent sinon berceau de l'idée de Progrès et des Lumières.

Mon soutien à cet idéal m'a conduit à présider à Bruxelles la Commission des Sciences de la Vie, à approuver le traité de Maastricht et à refuser en 2005, en tant qu'Européen convaincu, le Traité constitutionnel. Je reprochais en effet à ce dernier de reposer sur une conviction libérale néoclassique peut-être honorable mais qui n'avait rien à faire dans le libellé d'une constitution.

Or, je me demande aujourd'hui, un peu effaré, ce qu'il est advenu de ce bel idéal. Pire, même, j'observe que par certains aspects les à-priori idéologiques présidant à la construction européenne l'ont entraînée dans une spirale de décrochage économique d'avec les États-Unis et les plus dynamiques des pays d'Asie. Le risque de déflation, la maladie la plus grave de l'économie selon Keynes et la plupart des économistes, a été annoncé et dénoncé depuis des années, fruit d'une politique d'investissements restrictive et de la monnaie forte, obnubilée par l’inflation. La mise en garde qu'une insuffisance de la demande intérieure serait à terme redoutable pour tous les pays, à l'exception - et encore - de ceux qui, négligeant leur marché intérieur, fondent leur croissance sur leurs exportations, aboutit au drame qu'est la rechute dans la récession de nombreux pays du sud et au ralentissement net de la croissance ailleurs, y compris chez le champion allemand qui avec ses nettement moins de 2% ne brille guère à l'échelle mondiale.

Reste la paix, elle n'a pas de prix et peut encore constituer une justification amplement suffisante à l'idéal européen. Cependant, l'Europe telle qu'elle fonctionne et agit en 2014 pourrait bien se révéler insuffisante aussi en ce domaine. C'est bien entendu l'évolution de la crise ukrainienne qui alimente mon inquiétude. Je crois réellement que la situation là-bas constitue une grave menace pour la paix en Europe dont on a portant bien besoin alors que le reste du monde s'embrase. Et il me semble que la politique menée par l'Europe a contribué à la gravité actuelle de la situation plutôt qu'elle n'a permis de l'améliorer.

Je fonde mon analyse sur les arguments suivants :

1, lorsque le lendemain de la signature d'un accord entre les révoltés de Maïdan, le pouvoir ukrainien, l'envoyé russe et trois Ministres des affaires étrangères européens, les premiers l'ont violé et ont pris le pouvoir, seul le Ministre allemand a d'abord remarqué qu'un accord était fait pour être appliqué, avant de s'aligner totalement comme ses confrères, dont le Français, sur l'action des leaders du mouvement de Maïdan. Or, n'importe quel diplomate au fait des réalités savait qu'une Crimée ukrainienne, depuis le "cadeau" de Khrouchtchev, et dans laquelle les Russes ont positionné l'essentiel de leur flotte de guerre, n'était acceptable par eux qu'à la condition que le pouvoir à Kiev ne leur soit pas franchement hostile. Je ne dis pas qu'ils "avaient le droit" d'avoir cette position, j'observe seulement qu'ils l'avaient et qu'elle était connue. L'appui inconditionnel aux révolutionnaires russophobes de Maïdan impliquait par conséquent la probabilité d'une action russe sur la Crimée alors que l'Europe - ni d'ailleurs les USA - n'était pas prête à se battre pour la conserver à l'Ukraine. Mal joué, vraiment, très mal joué.

2, Après la rencontre de Poutine et de Porochenko sous l'égide de François Hollande et à l'occasion de l'anniversaire du débarquement, un cessez-le-feu a été décidé entre les miliciens des provinces pro-russes rebelles de l'est de l'Ukraine et le pouvoir de Kiev, des négociations - certes difficiles - se sont engagées entre les belligérants sous l'égide de l'OSCE. Soumis à une forte pression de ses ultras (certains campent toujours sur la place de Maïdan), Porochenko a décidé unilatéralement en juillet d'une reprise des hostilités, prenant les Européens à contre-pied mais avec le soutien de l'OTAN et d'Obama. Une fois de plus, l'Europe s'est alignée sur la politique la plus dure. Aujourd'hui, les combats ont déjà tué 1300 personnes, les grandes villes russophones où vivaient plusieurs millions de Russes et d'Ukrainiens sont bombardées, 300.000 réfugiés déjà ont fui, la plupart en Russie, les combats s'approchent de la frontière russe. Là encore d'un strict point de vue de "Realpolitik", qui peut croire un instant que les Russes laisseront écraser à leur frontière les villes rebelles ou résident des populations russes et amies. Même si Poutine y était prêt, son opinion s'y opposerait sans doute radicalement. J'accepte volontiers que l'on dénonce les milices pro-russes, que l'on critique la Russie de les armer mais ma question demeure : sachant que la situation actuelle conduit à une haute probabilité, soit d’un conflit interminable, soit en cas de combats croissant au centre même des villes, d'intervention que les Russes justifieraient par l'urgence humanitaire (d'autre s'en servent tant !!), qu'est-on prêt à faire ?

3, L'Union fait la force, parfois elle précipite la tragédie. Le système des alliances automatiques a joué un rôle patent dans le déclenchement de la Grande Guerre : d'un côté, la Serbie, puis en cascade la Russie, la France, la Grande Bretagne ; l'Autriche puis l'Allemagne de l'autre. L'Union européenne est aujourd'hui composée de pays qui, sur son versant est, ont toutes les meilleures raisons historiques du monde de détester la Russie et d'autres pour lesquels, à l'Ouest, les Russes ont plus souvent été des alliés que des ennemis. La différence des positions entre eux est de la sorte assez naturelle. Cependant, on assiste en ce moment sur le plan diplomatique à une sorte de prise en otage du second groupe de pays par le premier, plus rien ne persiste de la prudente position d'équilibre symbolisée par Charles de Gaulle et la plupart des Chanceliers allemands et là réside une partie de ce qui est pour moi dans cette affaire une série incroyable de faux pas stratégiques dont les conséquences m'inquiètent au plus haut point. En fait, en l'absence de diplomatie et d'armée européenne crédibles, c'est à un effacement de l'Europe que l'on assiste sur le plan international, réduite au rôle de soutien obligé d'une OTAN qui n'espérait pas, après l'effondrement du camp des États communistes européens, bénéficier désormais d'une telle influence et, bien entendu, des États-Unis. Il est dans "l'ADN" de l'OTAN de se trouver un ennemi redoutable justifiant son action et aucune politique apaisante ne peut en être attendue. Quant aux États-Unis, les vrais patrons de l’OTAN, après le désastre de leur politique partout, en Asie hier, en Irak, en Afghanistan, au Moyen-Orient, j'ai renoncé à toute analyse rationnelle de leur action.

Axel Kahn, le huit août 2014.

0 commentaires

ven.

08

août

2014

Peut-on oublier Gaza ?

Nous diffusons ici la lettre de Dominique de Villepin qui mérite une attentive lecture!

Dans une tribune publiée dans Le Figaro, l'ancien premier ministre s'inquiète du silence de la France face à l'escalade de la violence entre Israéliens et Palestiniens. Il appelle de ses vœux une interposition de l'ONU.

 
 

Dominique de Villepin est avocat. Il a été ministre des Affaires étrangères et premier ministre de Jacques Chirac.


Lever la voix face au massacre qui est perpétré à Gaza, c'est aujourd'hui, je l'écris en conscience, un devoir pour la France, une France qui est attachée indéfectiblement à l'existence et à la sécurité d'Israël mais qui ne saurait oublier les droits et devoirs qui sont conférés à Israël en sa qualité d'État constitué. Je veux dire à tous ceux qui sont tentés par la résignation face à l'éternel retour de la guerre qu'il est temps de parler et d'agir. Il est temps de mesurer l'impasse d'une France alignée et si sûre du recours à la force. Pour lever le voile des mensonges, des omissions et des demi-vérités. Pour porter un espoir de changement. Par mauvaise conscience, par intérêt mal compris, par soumission à la voix du plus fort, la voix de la France s'est tue, celle qui faisait parler le général de Gaulle au lendemain de la guerre des Six-Jours, celle qui faisait parler Jacques Chirac après la deuxième intifada. Comment comprendre aujourd'hui que la France appelle à la «retenue» quand on tue des enfants en connaissance de cause? Comment comprendre que la France s'abstienne lorsqu'il s'agit d'une enquête internationale sur les crimes de guerre commis des deux côtés? Comment comprendre que la première réaction de la France, par la voix de son président, soit celle du soutien sans réserve à la politique de sécurité d'Israël? Quelle impasse pour la France que cet esprit d'alignement et de soutien au recours à la force.

Je crois que seule la vérité permet l'action. Nous ne construirons pas la paix sur des mensonges. C'est pour cela que nous avons un devoir de vérité face à un conflit où chaque mot est piégé, où les pires accusations sont instrumentalisées.

Ayons le courage de dire une première vérité: il n'y a pas en droit international de droit à la sécurité qui implique en retour un droit à l'occupation et encore moins un droit au massacre. Il y a un droit à la paix qui est le même pour tous les peuples. La sécurité telle que la recherche aujourd'hui Israël se fait contre la paix et contre le peuple palestinien. En lieu et place de la recherche de la paix, il n'y a plus que l'engrenage de la force qui conduit à la guerre perpétuelle à plus ou moins basse intensité. L'État israélien se condamne à des opérations régulières à Gaza ou en Cisjordanie, cette stratégie terrifiante parce qu'elle condamne les Palestiniens au sous-développement et à la souffrance, terrifiante parce qu'elle condamne Israël peu à peu à devenir un État ségrégationniste, militariste et autoritaire. C'est la spirale de l'Afrique du Sud de l'apartheid avant Frederik De Klerk et Nelson Mandela, faite de répression violente, d'iniquité et de bantoustans humiliants. C'est la spirale de l'Algérie française entre putsch des généraux et OAS face au camp de la paix incarné par de Gaulle.

Il y a une deuxième vérité à dire haut et fort: il ne saurait y avoir de responsabilité collective d'un peuple pour les agissements de certains. Comment oublier le profond déséquilibre de la situation, qui oppose non deux États, mais un peuple sans terre et sans espoir à un État poussé par la peur? On ne peut se prévaloir du fait que le Hamas instrumentalise les civils pour faire oublier qu'on assassine ces derniers, d'autant moins qu'on a refusé de croire et reconnaître en 2007 que ces civils aient voté pour le Hamas, du moins pour sa branche politique. Qu'on cite, outre les États-Unis, un seul pays au monde qui agirait de cette façon. Même si les situations sont, bien sûr, différentes, la France est-elle partie en guerre en Algérie en 1995-1996 après les attentats financés par le GIA? Londres a-t-elle bombardé l'Irlande dans les années 1970?

Troisième vérité qui brûle les lèvres et que je veux exprimer ici: oui il y a une terreur en Palestine et en

Cisjordanie, une terreur organisée et méthodique appliquée par les forces armées israéliennes, comme en ont témoigné de nombreux officiers et soldats israéliens écœurés par le rôle qu'on leur a fait jouer. Je ne peux accepter d'entendre que ce qui se passe en Palestine n'est pas si grave puisque ce serait pire ailleurs. Je ne peux accepter qu'on condamne un peuple entier à la peur des bombardements, à la puanteur des aspersions d'«eau sale» et à la misère du blocus. Car je ne peux accepter qu'on nie qu'il y a quelque chose qui dépasse nos différences et qui est notre humanité commune.

Il n'y a aujourd'hui ni plan de paix, ni interlocuteur capable d'en proposer un. Il faut tout reprendre depuis le début. Le problème de la paix, comme en Algérie entre 1958 et 1962, ce n'est pas «comment?», c'est «qui?».

Il n'y a pas de partenaire en Palestine car les partisans de la paix ont été méthodiquement marginalisés par la stratégie du gouvernement d'Israël. La logique de force a légitimisé hier le Hamas contre le Fatah. Elle légitime aujourd'hui les fanatiques les plus radicaux du Hamas voire le Djihad islamique. Se passer de partenaire pour la paix, cela veut dire s'engager dans une logique où il n'y aurait plus que la soumission ou l'élimination.

Il n'y a plus de partenaire pour la paix en Israël car le camp de la paix a été réduit au silence et marginalisé. Le peuple israélien est un peuple de mémoire, de fierté et de courage. Mais aujourd'hui c'est une logique folle qui s'est emparée de son État, une logique qui conduit à détruire la possibilité d'une solution à deux États, seule envisageable. La résignation d'une partie du peuple israélien est aujourd'hui le principal danger. Amos Oz, Zeev Sternhell ou Elie Barnavi sont de plus en plus seuls à crier dans le désert, la voix couverte par le vacarme des hélicoptères.

Il n'y a plus non plus de partenaire sur la scène internationale, à force de lassitude et de résignation, à force de plans de paix enterrés. On s'interroge sur l'utilité du Quartette. On désespère de la diplomatie du carnet de chèques de l'Europe qui se borne à payer pour reconstruire les bâtiments palestiniens qui ont été bombardés hier et le seront à nouveau demain, quand les États-Unis dépensent deux milliards de dollars par an pour financer les bombes qui détruisent ces bâtiments.

Face à l'absence de plan de paix, seules des mesures imposées et capables de changer la donne sont susceptibles de réveiller les partenaires de leur torpeur. C'est au premier chef la responsabilité de la France.

Le premier outil pour réveiller la société israélienne, ce sont les sanctions. Il faut la placer devant ses responsabilités historiques avant qu'il ne soit trop tard, tout particulièrement à l'heure où il est question d'une opération terrestre de grande envergure à Gaza. Cela passe par un vote par le Conseil de sécurité de l'ONU d'une résolution condamnant l'action d'Israël, son non-respect des résolutions antérieures et son non-respect du droit humanitaire et du droit de la guerre. Cela signifie concrètement d'assumer des sanctions économiques ciblées et graduées, notamment pour des activités directement liées aux opérations à Gaza ou aux activités économiques dans les colonies. Je ne crois guère aux sanctions face à des États autoritaires qu'elles renforcent. Elles peuvent être utiles dans une société démocratique qui doit être mise face aux réalités.

Le deuxième outil, c'est la justice internationale. L'urgence aujourd'hui, c'est d'empêcher que des crimes de guerre soient commis. Pour cela, il est temps de donner droit aux demandes palestiniennes d'adhérer à la Cour pénale internationale, qui demeure aujourd'hui le meilleur garant de la loi internationale. C'est une manière de mettre les Territoires palestiniens sous protection internationale.

Le troisième outil à la disposition de la communauté internationale, c'est l'interposition. À défaut de pouvoir négocier une solution, il faut l'imposer par la mise sous mandat de l'ONU de Gaza, de la Cisjordanie et de Jérusalem Est, avec une administration et une force de paix internationales. Cette administration serait soumise à de grands périls, du côté de tous les extrémistes, nous le savons, mais la paix exige des sacrifices. Elle aurait vocation à redresser l'économie et la société sur ces territoires par un plan d'aide significatif et par la protection des civils. Elle aurait également pour but de renouer le dialogue interpalestinien et de garantir des élections libres sur l'ensemble de ces territoires. Forte de ces résultats, elle appuierait des pourparlers de paix avec Israël en en traçant les grandes lignes.

Nous n'avons pas le droit de nous résigner à la guerre perpétuelle. Parce qu'elle continuera de contaminer toute la région. Parce que son poison ne cessera de briser l'espoir même d'un ordre mondial. Une seule injustice tolérée suffit à remettre en cause l'idée même de la justice.

0 commentaires

jeu.

07

août

2014

Revitaliser le centre ville est une réelle priorité

http://www.slate.fr/story/88883/villes-moyennes-demain-il-sera-trop-tard

 

Demain il sera trop tard et ce ne sont pas quelques journées d'animations sporadiques qui permettront de dynamiser le bourg...

0 commentaires

dim.

20

juil.

2014

Les vins de Sancerre récompensés

10 médailles pour Joseph Mellot, la palme à Reverdy, Gitton et Goblin

 

lien:

http://www.decanter.com/dwwa/search?wineCountry=23&region=148&subregion=903&award=&colour=3&_style=&vintage=&grapevariety=

 

0 commentaires

dim.

13

juil.

2014

Exposition de l'été : Portraits d'artistes au Donjon de Jouy

Du 10 juillet au 15 septembre, une expo qui décoiffe: 15 tirages géants: Buren, Erro, Klasen, Gilbert& George, Futura, ...15 "vintage : Louise Bourtgeois, Jean Messagier, Olivier Debré, François Arnal et ...950 photos numériques, N&B et couleur de Philippe BONAN.

Découverte de 2 livres aux éditions Critères : Gueules d'artistes coll Opus Délit : 10 euros; Art Gallery Connexion 20 euros.

 

Tarifs d'entrée

Plein tarif 8 € avec la visite du parc

Tarif réduit 6 € (pass, étudiant, demandeur d'emploi, handicap)

Du jeudi au dimanche de 13h à 18 h

0 commentaires

Amis électeurs une lettre nous parvient de 1958

 

La localisation de la commune, équidistante d'agglomérations moyennes, tend à l'écarter du mouvement actuel de "rurbanisation". Sa gestion approximative ou repliée depuis plus d'une décennie n'a pas permis d'éviter l'augmentation des impôts locaux qui deviennent particulièrement lourds et sans rapport soit avec les services rendus, soit avec les valeurs patrimoniale ou locative réelles.

 

Alors que les paysages du Val de Loire, du Val d'Allier et du Val d'Aubois, ponctués de merveilles naturelles et d'édifices remarquables, peuvent favoriser le tourisme rural, sportif, la qualité de vie est obérée par l'absence d'emplois locaux.

Le désintérêt des jeunes médecins, alors même que l'Etat et les collectivités territoriales investissent dans des centres d'exercice collectif, est un signe qui ne trompe pas: seule la haute technicité (imagerie, exploration fonctionnelle), la vie culturelle peuvent donner l'envie d'habiter le Pays Loire Val d'Aubois.

 

A l'ère numérique est-il logique que la commune la plus dynamique sur le plan culturel du canton soit aussi l'une des plus petites ? Si Sancoins avait la vitalité de Sagonne, les touristes se presseraient sans doute! Qu'attendons-nous pour développer les atouts de notre coin ? Mettre en valeur les longères ouvrières du centre bourg à sa périphérie, trouver avec les propriétaires un usage des locaux commerciaux vacants de centre ville exige une qualité irréprochable de l'environnement immédiat.

Pour celà la transformation du centre ville en un endroit accueillant s'impose, les places pourraient être reliées par des parcours verts, la ruine de l'ancienne maison de retraite trouverait alors seulement une vie nouvelle, les sites indiqués, les promenades développées non seulement autour du canal mais dans tous les hameaux jusqu'aux autres communes afin que piétons, cyclistes, cavaliers, pêcheurs, chasseurs, puissent réinventer la convivialité berrichonne et bourbonnaise dans un environnement protégé.

La Fête du Palais, promotion du Goût autour de la viande Charolaise

 

Voici une initiative sympathique autour de la Commune de Sancoins et de la SA des Grivelles

en attendant sauvons nos restaurants en allant y déjeuner, dîner...